Scolarisation des enfants du village mobile de St Priest

courrier adressé au maire de Saint Priest

Villeurbanne le 21 février 2016

Monsieur le Maire ,

La Ligue des droits de l’Homme vous est reconnaissante d’avoir permis l’installation d’un village mobile dans votre ville ; même si elle ne peut que regretter le lieu de cette réalisation sur un site classé Sevezo, donc très pollué et dangereux pour la vie humaine .

Nous sommes très alarmés par l’information qui nous a été transmise de votre refus de scolariser les enfants de maternelle car cela fait partie des obligations républicaines de tout maire conscient de sa fonction d’édile .

A la différence de ce qui avait été acté dans le protocole avec le préfet, avec la nomination d’une institutrice spécialisée dans l’accueil des élèves allophones, et de l’engagement à l’inscription des élèves du primaire dans les écoles de vote ville, il semblerait qu’actuellement, ces derniers ne soient tous scolarisés que dans le bungalow du village mobile. Ce qui, vous conviendrez, n’est pas favorable à l’intégration de ces enfants dans notre société .

La Ligue des droits de l’Homme vous remercie de l’attention que vous venez de porter à ce courrier et espère que ces inquiétudes relatées ne seront bientôt plus qu’un lointain souvenir pour celles et ceux qui apportent leur aide et accompagnent ces personnes dans leur situation difficile afin de leur permettre de prendre à Saint- Priest toute la place qui leur est due en tant que citoyen de notre monde .

Recevez l’expression de mes meilleurs sentiments citoyens .

Colette GRANGE - présidente de la section de la Ligue des droits de l’Homme de Villeurbanne Est Lyonnais

maison Berty Albrecht , 34 pl. Grandclément, 69100 Villeurbanne .