Tchetchénie 04/06/2013

COMITE TCHETCHENIE DE LYON : de nouvelles informations chaque semaine

 

Situation des droits humains en Russie (dernier rapport d’Amnesty International)

 

Nous nous rappelons comment les ONG de droits de l’homme ont été obligées de quitter la Tchétchénie à la suite de l’assassinat de Natalia Estemirova, responsable de Memorial à Grozny. Ce que nous explique Amnesty International est une répétition à l’échelle de toute la Russie.

 

Sergueï Nikitine, directeur du bureau de Moscou, a évoqué « la détérioration de la situation en Russie l'année dernière ». Selon ce défenseur des droits humains, « on a adopté plusieurs lois qui restreignent les libertés d'expression, d'association et de réunion ». Ainsi, il a dénoncé la condamnation du groupe punk de Pussy Riot ou les discriminations subies par les personnes LGBT (Lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres) dans le pays.

La nouvelle loi sur les ONG, qui oblige ces organismes à s'inscrire comme « agents étrangers » s'ils reçoivent de l'argent de l'étranger, a été l'un des thèmes phares. Nazarski a rappelé qu'Amnesty International (AI) avait signé un manifeste de solidarité avec les autres organisations et « continuerait à œuvrer pour le développement de la société civile russe ».Nikitine a expliqué comment fin février des agents du fisc ont perquisitionné le siège d'AI à Moscou. De nombreux documents ont été saisis après la fouille surprise de cinq heures, où étaient présentes les caméras chaîne de télévision NTV. Selon lui, « c'est une campagne nationale visant à resserrer l'étau autour des ONG ».

Egalement présente à la conférence de presse, Natalia Taoubina, directrice de l'ONG Verdict Public, consacrée à l'aide juridique aux citoyens en matière de communication avec les autorités, a été directe : « Nous ne travaillons pas pour renverser le gouvernement, mais pour défendre les droits humains. Ces principes sont universels et il est déplacé de dire que c'est seulement une affaire interne ».

Elle a expliqué les difficultés et les incertitudes auxquelles de nombreuses organisations étaient confrontées aujourd'hui : « Se déclarer « agent étranger », c'est comme dire que vous êtes un espion, alors que nous travaillons à l'intérieur et pour la société russe. Cette mesure nous marginalise, et c'est surtout un mensonge ». D'autre part, elle a expliqué à quel point il était compliqué d'obtenir un financement privé en Russie : « Il sera pratiquement impossible d'obtenir des subventions parce que nous sommes indépendants. Même si, en théorie, il peut y avoir un financement privé, il y a des signaux, comme l'affaire Khodorkovski, qui ne sont pas encourageants ».

Dans le même temps, l'avocate a rappelé qu'elle attendait la réponse de la Cour européenne des Droits de l'Homme de Strasbourg à la plainte déposée par onze ONG russes en février dernier. Elle a toutefois expliqué que la Russie « ignore les jugements, ce qui fait que le tribunal perd de son autorité ».

D'autre part, selon AI, « la réforme judiciaire en Russie a été reconnue, même par de hauts représentants. Tout au long de l'année, aucune mesure efficace n'a été prise pour garantir l'indépendance du pouvoir judiciaire et il y a de nombreux rapports faisant état de procès inéquitables ».