Tchétchénie 2/10/2012

COMITE TCHETCHENIE DE LYON : de nouvelles informations chaque semaine
OFFENSIVE CONTRE LES ONG CIVIQUES ET HUMANITAIRES EN RUSSIE

 


Alors que de nouvelles lois compliquent l’action des ONG russes, voici deux exemples de la même volonté :
Une journaliste de l'édition russe du magazine américain Esquire, auteure d'une enquête sur des crimes en Tchétchénie, a été convoquée et interrogée mardi 4 septembre par le service fédéral de sécurité, le FSB, au motif de divulgation d'informations secrètes.


"Svetlana Reïter a été interrogée à la Loubianka [le siège du FSB] à propos de son enquête qui divulguerait des informations sur des enlèvements en Tchétchénie", a écrit mardi le magazine sur son compte Twitter.
La journaliste a précisé à la radio Echo de Moscou que les enquêteurs l'avaient interrogée avant tout sur ses contacts avec le chef de l'ONG russe Comité contre la torture, Igor Kaliapine, principale source de sa publication, et auquel le FSB reproche d'avoir divulgué des informations sur des enquêtes en cours.
Pratique d’enlèvements et de tortures dénoncée
L'article, paru en août 2011, dénonce la pratique d'enlèvements et de tortures par les forces de l'ordre dans la petite république du Caucase russe, exposant plusieurs cas relatés par le Comité contre la torture.
Les défenseurs des droits de l'homme dénoncent depuis des années des exactions, enlèvements et tortures commis en toute impunité par les forces de l'ordre en Tchétchénie. Ravagée par deux guerres successives avec les forces russes depuis 1994, la république est depuis 2004 sous le contrôle de Ramzan Kadyrov, président tchétchène soutenu par Moscou, qui se vante d'avoir maté la rébellion indépendantiste avec ses milices redoutées.
(Le Monde.fr et AFP le 04/09/2012)
La Russie, qui a décidé de fermer les bureaux de l'USAID à Moscou, a accusé mercredi les Etats-Unis d'utiliser cette agence d'assistance pour tenter de peser sur la vie politique russe et l'issue des élections. L'aide de l'USAID aux associations russes représentait environ 50 millions de dollars par an. Parmi les groupes russes qui seront les plus affectés par cette mesure figure Golos, qui surveille le déroulement des élections, et Memorial, une association de surveillance du respect des droits de l'homme. Transparency International, qui traque les affaires de corruption, pourrait également être concernée.
(Le Nouvel Observateur le 19/09/2012)