Tchétchénie 20/11/2012

COMITE TCHETCHENIE DE LYON : de nouvelles informations chaque semaine

 

La France renvoie un militant des droits de l'homme Tchétchène vers la Russie (communiqué du Comité Tchétchénie Paris)

 

Paris - le 9 novembre 2012 - Monsieur Aslan D., originaire de Tchétchénie et ancien militant d'une ONG de défense des droits de l'homme, a été renvoyé le 7 novembre par les autorités françaises sous escorte à Moscou.

D’après les dires de Monsieur D. il était impossible de résister à la détermination des membres des forces de l’Ordre chargés de l’accompagner jusqu’à Moscou.

Sur place, des proches dépêchés en catastrophe ont du insister et faire intervenir une connaissance d’une connaissance - un policier gradé- pour pouvoir le « récupérer ».Aslan D. est actuellement en lieu sûr, en attendant que les risques qu’il encourt puissent être déterminés. Des ONG russes de défense des droits de l’Homme ont été prévenues.

Monsieur D. a travaillé pour une association de défense des Droits de l’Homme, ce qui dans le contexte de la Tchétchénie constitue un risque que de nombreuses personnes ont payé de leur vie. C’est cet engagement qui a valu à Monsieur D. d’être arrêté et brutalisé, puis de partir pour chercher refuge en Europe

L’expulsion d’un militant des droits de l’homme Tchétchène vers la Fédération de Russie constitue un signe politique fort, nous amenant à nous interroger avec beaucoup d’inquiétudes sur l'importance que le gouvernement français accorde à la situation des Droits de l’Homme en Russie.

Il y a un mois, le Comité Tchétchénie s’était déjà mobilisé pour empêcher le renvoi d’un tchétchène débouté du droit d’asile vers la Fédération de Russie. Si ce renvoi a pu être évité, la situation administrative de cette personne reste au point mort.

Le renvoi de Monsieur D. ne semble donc plus appartenir à l’exception, comme c'était le cas sous l’ancien gouvernement. Est-ce là un effet de l’application des accords de réadmission entre l’Union Européenne et la Russie? La Fédération de Russie doit-elle désormais être considérée comme un «pays sûr» pour les demandeurs d’asile tchétchènes ?

Les chercheurs spécialistes de la région continuent pourtant de qualifier le territoire tchétchène de zone de « non droit », où la violence, les disparitions, la torture, font partie du quotidien. Des rapports complets et détaillés continuent d’être publiés par les organismes de défense des droits de l’homme, faisant état de la pratique généralisée de la torture dans les lieux de détention.

En Russie, le Président Vladimir Poutine durcit les lois de la fédération relatives aux ONG, aux manifestations, à la liberté d’expression sur Internet, à « la haute trahison ». Le pays fait actuellement l’objet d’un examen par le Comité contre la Torture de l’ONU à Genève. Enfin, un communiqué du Quai d’Orsay rappelait récemment le soutien apporté par la France aux défenseurs des droits de l’Homme en Russie… tout en soulignant les dangers qu’ils encourent.

Les demandeurs d’asile tchétchènes continuent, nombreux, à fuir la Tchétchénie et les autres régions de Russie. Certains fuient les pays européens comme la Pologne où ils ne sont pas en sécurité. En Europe, leur demande d’asile ressemble à un véritable parcours du combattant – la demande d’Aslan D. aura duré 4 ans - avec à la clef un examen de moins en moins bienveillant. Ce temps d’attente est d’autant plus usant lorsqu’il se vit dans une précarité extrême.

Aujourd’hui, l’évocation du conflit russo-tchétchène dérange. Cette guerre a été d’une violence, d’une cruauté, d’une barbarie rares, mais n’est plus aujourd’hui appréhendée par les gouvernants français et européens qu’à travers le prisme trompeur d’une "opération antiterroriste".

Dans ce contexte, l’expulsion d’Aslan D. est un échec et une honte.

Nous appelons les autorités françaises à réviser immédiatement cette politique et réexaminer de manière impartiale les dossiers de demandes d’asile des tchétchènes déboutés.