Non aux restructurations des centres IVG de la Croix-Rousse et de Lyon sud

rassemblement Samedi 23 Mars de 14h à 16h devant l'Opéra


Où en sommes-nous des restructurations annoncées ?
Š

À l’hôpital Lyon sud

Alors que l’intégration des IVG au service de gy-nécologie de semaine en novembre dernier était présentée comme un moyen de préserver ce ser-vice, voilà que depuis février, une nouvelle res-tructuration a eu lieu. Fini le service de semaine, qui a été fermé, les IVG sont effectuées dans un autre service de gynécologie. Cette gestion à la petite semaine est caractéristique des contrain-tes qui pèsent aujourd’hui sur l’hôpital public : il faut faire des économies, on va couper un bout ici, supprimer quelques postes par là, et puis il faut à nouveau couper, alors on redéfait, dans
une logique à court terme purement économi-que, qui considère les personnels comme des variables d’ajustement. Quant à la qualité des soins pour les patientes… on n’en parle plus !
Š

À l’hôpital de la Croix-Rousse

Après plusieurs mois d’incertitude, les HCL viennent de préciser le sort qui sera fait au centre d’IVG : là aussi, le service sera démantelé, avec l’hospitalisation des femmes en gynécologie au nom de la « mutualisation des compétences »,
alors que l’on connaît très bien les raisons de cette restructuration : réaliser des économies budgétaires. Cette restructuration entrera en vi-gueur en mai 2013.
Quelles sont les conséquences concrètes de cette politique ? Les soignantEs qui se retrouvent en charge de
l’IVG ne sont pas forcément volontaires, et n’ont pas bénéficié d’une véritable formation spécifique sur l’IVG. Les services restructurés fonctionnent à fl ux tendu, accueillent des patientes pour des pathologies très variées qui nécessitent des soins parfois urgents, le personnel absent n’est pas remplacé… autant dire que le temps
d’accompagnement et d’écoute nécessaire lors d’une IVG est largement malmené...

■ L’IVG est un droit qui doit être appliqué dans le cadre d’un service public de santé de qua-lité et non une variable d’ajustement répon-dant à une logique purement comptable et financière.
■ Nous exigeons des réponses à nos interro-gations, nous exigeons l’arrêt des restructu-rations et l’ouverture de vraies discussions avec les HCL !
■ Nous refusons les restructurations des CIVG des hôpitaux de Lyon sud et de la Croix-Rousse.

télécharger le tract (pdf)