Lyon: un millier de personnes pour la défense de l'IVG en soutien aux Espagnols

©AFP Général - Samedi 1er Février 2014 - 16:55 

LYON, 01 fév 2014 (AFP) -Plus d'un millier de personnes ont défilé samedi après-midi à Lyon pour la défense du droit à l'avortement en soutien aux Espagnols qui ont manifesté le même jour à Madrid contre le projet de loi supprimant le droit à l'IVG.

"C'est inquiétant parce que ce n'est pas la première initiative en Europe. Il y en a régulièrement et quand on voit les débats qu'il y a eus, même au Parlement français et l'amendement de l'UMP pour dérembourser l'IVG, on sait que c'est un droit qui a été atteint de longue lutte et qu'il faut maintenir parce qu'il est fragile", a déclaré Marion Athiel, du Planning familial du Rhône et coorganisatrice de la marche.

Le cortège, dans lequel se trouvaient derrière la banderole "IVG menacé, Féministes mobilisées" une majorité de femmes de tout âge, des élus et des syndicalistes, s'est ébranlé dans le calme, sous une pluie battante, peu après 15.30 de la place des Terreaux pour rejoindre la place de l'Hôtel de Ville en passant par la place Bellecour.
"Solidarité contre les intégristes et contre les fascistes", scandaient certains manifestants alors que d'autres arboraient des pancartes où l'on pouvait lire notamment: "L'IVG, c'est jamais marrant mais avoir le choix c'est important", "Notre ventre est à nous" ou encore "un enfant si je veux quand je veux".
"On avait fait un pas en avant en ayant droit pour les femmes qui le souhaitaient une interruption volontaire de grossesse et je regrette beaucoup qu'avec des phénomènes intégristes, on recule", a déclaré pour sa part Geneviève Mauchand, 70 ans, tout en évoquant avec une certaine émotion le jour où la loi Veil est passée en janvier 1975.
"Ca faisait un moment qu'on se bagarrait. De la part de Mme Veil (ministre de la Santé à l'époque, ndlr), c'était remarquable car ce n'était pas facile", a-t-elle ajouté.
Des manifestations sont également organisées à Paris, Bordeaux, Marseille, Nantes, Strasbourg et Toulouse, ainsi que des rassemblements dans une trentaine de villes, selon l'association Osez le féminisme.
Les manifestants répondent à l'appel notamment du Planning familial, de l'Association nationale des centres d'interruption de grossesse et de contraception (ANCIC) et de la Coordination des associations pour le droit à l'avortement et la contraception (Cadac).

De nombreuses associations, syndicats ou partis politiques soutiennent le mouvement (Marche mondiale des femmes, Médecins du Monde, CGT, Solidaires, EELV, Lutte Ouvrière, NPA, PCF, Parti de Gauche, Ligue des droits de l'Homme...).