manifestation contre l'extrême-droite samedi 22 février

Appel à la manifestation contre l'extrême-droite samedi 22 février 15 Place Gabriel Péri

 

Le Collectif de vigilance 69 contre l’extrême droite a décidé de se joindre à l'appel à la manifestation contre l'extrême-droite suite à l'agression de jeunes mineurs à Saint-Jean, agression au couteau extrêmement grave qui aurait pu entraîner la mort de deux d’entre eux. Cette agression rappelle l'urgence des réponses adéquates au développement de l'extrême-droite la plus violente sur ce quartier. Le CV 69 attire l'attention sur ce sujet depuis de trop nombreuses années.
Les premières personnes interpellées le sont au sein des groupuscules fascistes que le CV 69 dénonce depuis plusieurs années.
Depuis 4 ans, il y a eu l'agression de militants syndicalistes en mars 2010, puis en avril 2011, où une personne s'était fait cassée la mâchoire (condamnation d'un membre des identitaires), ou encore l'an passé avec l'agression ultra violente de supporters anglais de Tottenham qui avaient été très gravement blessés (plusieurs dizaines de jours d'ITT).

Des membres de ces groupuscules fascistes (Jeunesses Identitaires, GUD...) s'approprient ce quartier. Les identitaires y ont d'ailleurs leur local, la Traboule, dans lequel ils organisent des cours de boxe et font venir des idéologues d'extrême droite pour des conférences. La violence et le sentiment d'impunité de ces groupuscules sont tels dans ce quartier que lorsqu'il s'agit d'y lire des textes sur le thème «des voix s'élèvent contre le fascisme ordinaire» à la MJC du Vieux-Lyon, cela ne peut se faire qu’avec un important dispositif policier et l'appui des CRS.

De plus, l'interdiction formulée par la préfecture d'autoriser la manifestation de passer à Saint-Jean est scandaleuse, et ne tend qu'à entériner la territorialisation de ce quartier et sa transformation en zone de non droit. Le CV 69 rappelle qu'il lutte pour qu'aucun quartier ne soit interdit, et que chacun et chacune puisse circuler sans risque d'agression violente. Nous demandons par ailleurs toujours la fermeture du local des identitaires et espérons qu'il ne faudra pas un mort, dans cette escalade de la violence, pour que cette décision soit enfin prise. Nous demandons que les autorités témoignent de leur engagement à mettre fin à cette situation en communiquant rapidement sur les évolutions de l’enquête sur ces agressions.

Le collectif 69 de vigilance contre l’extrême droite