Réunion sur le logement pour préparer la journée des droits de l’enfant

Le 20 novembre, la France célébrera le 25ème anniversaire de la signature de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant. Pourtant, tous les jours dans l’agglomération lyonnaise, le droit au logement est bafoué. Plusieurs dizaines d’enfants et leurs familles subissent les conditions de vies précaires et indignes auxquels sont réduits la plupart des sans-papiers : le plus souvent à la rue, sous les ponts, en squats ou ballottés de foyers surpeuplés en hôtels insalubres, souvent très éloignés des établissements scolaires.

Des collectifs composés de parents et d’enseignants ainsi que d’habitants du quartier se sont constitués à cette rentrée à la Croix-Rousse, dans le 7ème arrondissement de Lyon et à Vaulx-en-Velin, autour de la question du logement. Leur création fait suite à la multiplication de situations de détresse connues par trop de familles, et l’impasse dans laquelle se trouvent trop souvent les comités de soutien, épuisés par un engagement solidaire de tous les instants auprès des familles sans-papiers. Elle témoigne d’une volonté de placer les autorités compétentes en termes de logement d’urgence (Etat, Mairie) face à leurs responsabilités.

A la Croix-Rousse, une délégation a été reçue le lundi 6 octobre par la maire du 1er arrondissement Nathalie Perrin-Gilbert, afin de dresser un état des lieux précis des familles à la rue ou en situation précaire en termes de logement : au moins 30 familles sont concernées ! A Vaulx-en-Velin, les comités de soutien ont sollicité la maire Hélène Geoffroy et seront reçus vendredi 7 novembre son directeur de cabinet.
L’idée d’une action collective s’est imposée car l’entrée en vigueur du plan froid le 1er novembre et l’augmentation des capacités d’hébergement de 25 % par rapport à 2013 ne suffiront pas à couvrir tous les besoins.

Il est tout à fait intolérable que des élèves accueillis dans les écoles de l’agglomération rejoignent le soir des abris précaires ou errent avec leur famille dans divers lieux de la ville. Ces conditions de survie sont tout simplement incompatibles avec le suivi d’une scolarité.
Les comités de soutien ont donc décidé d’organiser une action collective et coordonnée le jeudi 20 novembre à l’occasion de la Journée Internationale des Droits de l’Enfant, au moment où la France s’apprête à célébrer le 25ème anniversaire de la signature de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant. Du côté du secteur associatif, RESF (Réseau Education Sans Frontières) et le collectif CLASSES (Collectif Lyonnais pour l’Accès à la Scolarisation et le Soutien aux Enfants des Squats) soutiennent l’initiative.

Les modalités de cette action seront décidées lors d’une prochaine réunion qui se tiendra

Le lundi 3 novembre à 18h00 à la Maison de l’Education

(21, rue des tables Claudiennes Lyon 1er, en face de l’école du même nom)

Il est très important qu’un maximum d’établissements de toute l’agglomération et associations soient représentés à cette réunion, afin de décider d’une action à la fois réalisable et suffisamment visible (comme des occupations d’école par exemple).