La mobilisation du 2 décembre

La mobilisation d’aujourd’hui, 2 décembre 2017, se situe en écho à toutes les mobilisations citoyennes organisées dans la Métropole pour pallier les carence de l’Etat à l’égard des migrants .

Or, le Code de l’Action sociale et des familles stipule dans son article 3452-2 : Toute personne en situation de détresse a accès, sans condition de régularité de situation, à tout moment à un hébergement d’urgence .

Il n’en est rien dans la Métropole .

Alors que la Convention Internationale des droits de l’Enfant, ratifiée par la Métropole, précise : tout enfant a le droit d’être scolarisé, tout enfant a droit à un toit, tout enfant a droit à la dignité .

Toutes les occupations d’écoles entreprises depuis plusieurs mois dans la Métropole prouvent que tous ces droits des enfants, sont bafoués .

Il est affligeant de constater que notre gouvernement avec sa politique actuelle n’assume pas l’accès aux prestations humanitaires ainsi que l’accès aux droits fondamentaux des migrants .

Si Monsieur Macron décrit la situation des migrants en Lybie comme « un crime contre l’humanité », comment explique-t-il les interceptions des migrants par les garde-côtes lybiens, grâce aux subventions que la France avec l’Union Européenne, leur accorde , ainsi qu’aux différentes forces de sécurité et à Frontex, en ayant débloqué, en juillet 2017, 46 milliards pour la formation des garde-côtes lybiens et celle des garde-frontières en Europe ?

L’Union Européenne, avec la France, sous-traite la politique migratoire en l’externalisant .

Ce processus a commencé à Malte, à la Valette en 2015 en privilégiant le contrôle de l’immigrationet sarépression, par le détournement des fonds initialement prévus par l’Agence Française de Développement pour le développement économique des pays concernés .

Le nouveau Projet de l’Europe pour les Demandeurs d’asile, d’application directe dans notre législation française, prévoit que les Etats dont la Francepuisse considérer comme irrecevables les demandes d’asile des personnes ayant transité, avant d’arriver en Europe dans un PAYS TIERS SUR , pour les y renvoyer .

Les Pays Tiers Sûrs sont situés en dehors de l’Union Européenne ! comme par exemple tous les pays du Maghreb traversés par tous les Africains pour atteindre la Méditerranée et l’Europe dans lesquels ils ont pu subir de terribles épreuves supplémentaires .

Il est tout de même nécessaire de rappeler le Préambule de notre Constitution qui stipule : Tout homme persécuté en raison de son action en faveur de la liberté a droit d’asile sur les territoires de la République .

Par ailleurs le Conseil constitutionnel en août 1993 a décrété : tout étranger se réclamant « droit d’asile »est autorisé à demeurer provisoirement sur le territoire jusqu’à ce qu’il ait été statué sur sa demande .

Le Ministre de l’Intérieur actuel Gérard Collomb , dans sa Lettre aux Préfets du 20 novembre anticipe ces nouvelles mesures pour mise en application avant fin février 2018 .

Quelques uns des Objectifs prioritaires contre l’immigration illégale de ce texte :

- éloignement des ressortissants des pays tiers vers les pays tiers

- accroissement des transferts des DA Dublin dans un autre pays de l’U.E

C’est pourquoi nous faisons nôtre la revendication d’avril 2017, des collectifs, associations et citoyens solidaires : « En finir avec le règlement Dublin pour un vrai droit d’asile en Europe, en sortant de la politique du Ni, Ni : Ni accueil des Réfugiés , Ni rejet du droit d’asile .

-augmentation des retours volontaires aidés : avec en plus si refus Interdiction de Retour sur le TerritoireFrançais !

- les DPAR : dispositifs de préparation au retour déjà à l’œuvre dans le Rhône vont être multipliés : ils ne doivent pas être considérés comme de simples structures d’hébergement additionnelles .

En cas du refus à leur accès, le retour sera effectué « sous contrainte »

-le Système d’identification biométrique va être systématisé .

Les documents de voyage prennent une grande importance dans cette lutte contre l’immigration illégale :

- obligation est faite d’obtenir des ambassades et des consulats des Laissez Passer Consulaires

à cet effet est prévue la création d’un Ambassadeur chargé des migrations : en lien avec les pays d’origine et de transit .

- l’utilisation des Laissez Passer Européens sera privilégiée .

Tous les moyens possibles , entre autre aériens , pourront être dédiés à la lutte contre l’immigration illégale en France : on les voit déjà à l’œuvre dans la Roya , dans les Alpes à la frontière franco-italienne .

Une fois connues toutes ces informations, en connaissant de plus les conditions d’accès au plan froid encore plus drastiques cette année, avec le même nombre de places ouvertes que les années précédentes, sans espoir de prolongement possible, malgré le nombre croissant de personnes à la rue, la présence de la Ligue des droits de l’Homme à cette mobilisation devient une évidence comme son soutien aux actions en cours avec l’alerte et la dénonciation des tristes perspectives qui sont promises aux étrangers .