Communiqué de l’UL CGT de Saint-Étienne

UN PROCÈS AU GOÛT AMER !

Nos trois camarades, Yvan, Nina et Jules, sont jugé.e.s coupables et se voient condamné.e.s à verser plus de 6000€* d'amendes et d'indemnités. De plus, Jules écope de 4 mois de prison avec sursis pour rébellion. Cette condamnation laisse un goût amer. En l’absence des motivations ayant amené le tribunal à rendre ce jugement, il est pour l’heure impossible de le commenter et d’annoncer les suites que nous voulons y apporter.

Néanmoins, certains éléments peuvent déjà être soulignés. Sans surprise, il s'agit bien des engagements de ces trois militants politiques et syndicaux qui sont visés. Quand le procès verbal de police déclare qu'il n'y a pas d’effraction ni de dégradation, la Cour d'appel les jugent pourtant coupables ! Quand les procès verbaux des policiers sont contradictoires sur la présence simultanée d’un de nos camarades, lui octroyant le don d’ubiquité, la Cour d'appel le juge pourtant coupable !

Un goût amer, c’est peu de le dire, mais cela alimente le constat de notre organisation syndicale sur une répression qui s’intensifie renforçant toujours la justice de classe. Ce qui s’abat sur nos trois camarades est à l’image d’un État policier qui opèrent sa répression sur les plus démunis, les travailleurs précaires et privés d’emploi, les militants associatifs, syndicaux et politiques.

Quand au préjudice moral de Jean-Louis Gagnaire d’un euro symbolique, nous nous posons la question si les anciens contribuables de ce dernier, seront indemnisés de la même somme symbolique pour les préjudices subis suites à ses politiques antisociales et rétrogrades durant ses mandats.

L’UL CGT de Saint-Étienne se réserve le droit d’apporter une réponse le 5 février lors de l’énième procès du quatrième camarade poursuivi dans cette affaire, Martin.

La solidarité humaine est un lien primordial, elle est notre meilleure arme face à la répression. L’organisation des classes populaires est le seul outil efficace pour cette solidarité. Nous apportons notre soutien indéfectible aux camarades et nous ne lâcherons rien !

*Somme minimum à débourser pour ce procès sans compter les frais d’avocats.

Comité local CGT des Travailleurs Privés d'Emploi et Précaires de Saint-Étienne.