Nuit contre les crimes et les violences policières

le 27 septembre de 17h à 23h

au cinéma Les Amphis à Vaulx en Velin

 

17h : Introduction (présentation du comité de liaison contre les violences policières, du projet de commission d'enquête populaire et présentation du programme de la soirée)

17h15 : Morane Chavanon - sur les discours de légitimation de la violence d’État et la criminalisation des quartiers populaires et des mouvements sociaux

17h50 : Comité justice et vérité pour Mehdi Bouhouta

18h30 : Collectif Dévisageons l’État

                 19h10 : repas

20h30 : Gilles Devers avocat : l'arme du droit et les plaintes auprès de l'ONU

21h10 : Commission Justice des Gilets Jaunes

21h50 : autre collectif

22h30 : Clôture

 

Télécharger le flyer : recto verso

La lettre que Tuna Altinel a adressée à son comité de soutien

 Chères Amies, Chers Amis,

Ça fait déjà un mois depuis ma libération. J'ai préféré ne pas trop déranger en période de vacances  ceux et celles qui m'ont soutenu, qui ont soutenu la lutte pour la paix, la justice, la démocratie.
C'est ce qui a retardé ce message, d'autant plus que mon accès au courrier électronique est irrégulier.

 J'aimerais vous remercier toutes et tous de votre soutien hors norme et si sincère. Ce soutien, je le sentais à travers les conversations limitées tant en temps qu'en espace, avec mes proches,  quand j'étais en prison. Après ma libération, j'ai saisi plus concrètement ses dimensions et l'immensité  des efforts investis. Je ne connais pas de mot pour exprimer mes sentiments devant cette solidarité.
 Tant mieux! Les actes sont plus parlants que les mots les plus éloquents, et je continuerai à agir davantage et avec une plus grande détermination pour les causes qui m'ont emmené en prison.

 Solidairement,  Tuna Altınel

Observer les pratiques policières : agir pour la défense des libertés publiques

L’actualité met régulièrement en avant les usages disproportionnés de la violence et des armes dites non-létales par les forces de l’ordre, notamment dans le cadre de la répression des mouvements sociaux.

La Ligue des droits de l’Homme (LDH) a un rôle essentiel à jouer. Seule, ou plus généralement avec des partenaires, elle s’est donc engagée dans des démarches d’observation citoyenne dans le cadre d’observatoires locaux. Vous en trouverez ici les derniers rapports.

Rapport du 19 janvier au 9 mars 2019 de la Legal team de Montpellier

Rapport du 15 décembre 2018 au 15 janvier 2019 de la Legal team de Montpellier

Rapport du 1er mai 2017 au 23 mars 2019 de l’Observatoire des pratiques policières de Toulouse

Rapport du 17 novembre 2018 au 16 février 2019 de l’Observatoire girondins des libertés publiques

Rapport de l’Observatoire nantais, mai 2019