Les courtes peines ne font pas baisser la délinquance

Lettre ouverte au Président de la République : par le COLLECTIF-Plateforme des 28(*)


Monsieur le Président de la République,


Le  17  janvier  2012,  28  organisations  (Associations, Fédérations  et  Syndicats)  s’indignaient  de  la construction  programmée  de  30  000  places  de  prison, non-sens  à  la  fois  humain,  économique  et juridique.
Depuis, l'alternance politique a conduit à :
−  l'annonce de l'abandon partiel du plan de construction malgré le fait que plusieurs milliers de places supplémentaires sont maintenues,
−  Un discours en rupture avec les politiques passées du « tout carcéral »,
−  La tenue d’une conférence de consensus sur « la prévention de la récidive » qui propose une nouvelle politique pénale limitant la référence et le recours à l’emprisonnement. 


Nos  organisations  saluent  ces  avancées  indéniables. Mais  ces  bons  augures  ne  resteront-ils  pas lettre morte si un projet de loi d’envergure à la hauteur de la salutaire rupture annoncée en matière de politique pénale ne devait être proposé rapidement?
Nous,  collectif  de  28  organisations,  issues  de  la  société  civile,  du  monde  professionnel,  associatif, syndical, cultuel, médical, caritatif et politique,appelons de nos vœux une politique pénale, articulée en  amont  à  une  politique  sociale  de  prévention  de  la  délinquance  non  réductible  à  la  nécessaire prévention de la récidive.
Par leur pratique, nos organisations de terrain constatent que les courtes peines ne font pas baisser la  délinquance  et  creusent  les  exclusions...

texte de la lettre (pdf)