Incendie du 15 Août à Vaulx en Velin

Une fois encore des Roms ont subi l’expulsion de leur bidonville, sans qu’il soit procédé à leur relogement : un incendie a en partie détruit le 15 août leur campement de Vaulx en Velin .

Près de 200 personnes : parents, nombreux enfants dont plusieurs bébés de moins d’un mois, pour l’un avec de gros problèmes de santé, sont à la rue, ayant perdu la plupart de leurs maigres affaires personnelles détruites par le feu ou l’eau des pompiers .

Une fois encore, la Ligue des Droits de l’Homme ne peut taire sa colère devant la situation faite à l’égard de ces citoyens européens par le gouvernement actuel et les pouvoirs publics .

Une fois encore, la circulaire du 26 août 2012, signée par 7 ministères, dont celui de l’Intérieur, est restée lettre morte, sans application véritable .

Pour rappel, cette circulaire fait obligation aux préfets d’élaborer des mesures de relogement et d’insertion des personnes Roms, lors de l’évacuation de leurs campements .

Le 2 août 2013, la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme ( CNDH ) demandait au Gouvernement actuel de respecter cette fameuse circulaire afin de garantir aux populations Roms : le droit à l’hébergement, à la santé, ainsi que l’accès au travail .

Ces populations vivent en Europe depuis 7 siècles !

Or, à Vaulx, aucune réquisition pour l’hébergement, n’a été prise par le préfet délégué à la sécurité, qui s’est rendu sur les lieux .

Depuis le début du mois de juillet, nous avons assité à une extension de ce bidonville que nous accompagnions depuis novembre, avec l’arrivée de nouvelles familles suite au démantèlement d’autres bidonvilles de l’agglomération lyonnaise . C’est ainsi que près de 500 personnes se sont trouvées rassemblées dans la promiscuité d’un espace restreint .

 

Dans une telle situation des tensions grandissantes sont apparues : d’une part entre les Roms eux-mêmes et d’autres part avec des riverains du campement .

C’est pourquoi, le maire de Vaulx en Velin a dû faire appel à l’intervention du préfet, en lui demandant, le 14 août, « de prendre au plus tôt les dispositions qui s’imposent et de faire appliquer les arrêtés de justice vous donnant toute autorité pour procéder aux expulsions . »

Le Collectif de soutien qui s’est constitué à Vaulx en Velin, a alerté depuis maintenant huit mois les autorités : du Président de la République, au Préfet, au Président du Grand Lyon, au maire de la ville, mais rien ou presque (à part quelques bennes à ordures en nombre insuffisant) n’a été entrepris pour rendre cet endroit un peu plus salubre .

La Ligue des Droits de l’Homme, ainsi que les associations et groupes politiques, présents dans le Collectif, exigent  :

  • L’application enfin complète de la circulaire du 26 août 2012 afin de garantir l’accès au droit commun des populations Roms ;

  • La manifestation de solidarité de la part du Grand Lyon par l’organisation du ramassage des ordures ménagères, l’installation de wc et de points d’eau

  • L’organisation d’une « table ronde » réunissant tous les maires du Grand Lyon de façon à ce que l’hébergement des « Sans Abris » soit pris en charge collectivement dans des lieux organisés pour un accueil décent, et ne soit pas abandonné aux communes les plus pauvres et hospitalières de l’agglomération .


LDH Section : Villeurbanne, Est- Lyonnais

Maison Berty Albrecht 14 place Grandclément 69100 Villeurbanne - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.