Condamnations définitives dans l'agression sauvage de Villeurbanne

Communiqué de presse du collectif de vigilance 69 contre l’extrême droite

 

Condamnations définitives dans l'agression sauvage de Villeurbanne.

 

La cour d'appel a condamné aujourd'hui de manière définitive les 2 agresseurs de l'agression de Villeurbanne qui avaient fait appel.

Le 15 janvier 2011, un couple sortant d'un concert avait été agressé sauvagement par un groupe de 9 personnes armées de battes de base-ball, bâtons et autres armes. Le mobile qui est sorti des audiences en 1ere et 2ème instance était d'attaquer des personnes sortant d'un lieu que les agresseurs décrivaient comme d'extrême-gauche. Les agresseurs ont attaqué ce couple, sans même en connaître leur identité. Cela a duré une minute, avec des coups de batte portés à la tête de la jeune femme et ensuite une pluie de coup sur les 2 corps au sol. Ils avaient ensuite laissés pour mortes leurs victimes, qui baignaient dans une mare de sang. Les conséquences avaient été importantes avec plus de 60 jours d'ITT pour chaque victime.

Les 8 personnes qui ont été jugées entre septembre (1ere instance) et ce jour (rendu de l'appel) ont toutes été condamnées. Quatre l'ont été pour les violences, avec 3 circonstances aggravantes, à savoir la réunion, la préméditation ou le guet-apens et l'usage d'armes. Deux (Loris Chabrier et Pascal Mollaret) ont ainsi été condamnés à 5 ans de prison ferme dont 2 ans avec sursis sans mandat de dépôt, et les 2 derniers qui avaient fait appel, ont également été condamnés à 5 ans de prison dont 1 an avec sursis. Pour ces 2 là (Anthony Tracanelli et Malko Chatain), le tribunal a aussi reconnu l'usage des armes. Leurs condamnations sont assorties d'un mandat de dépôt et d'un maintien en détention. Les 4 autres personnes qui ont assisté à la scène sans tenter de l'en empêcher, sans s'inquiéter de l'état des victimes, ont également été reconnus coupable de s'être regroupé avec les autres en vue de commettre des violences. Ils ont été condamnés définitivement à 18 mois de prison dont 6 mois avec sursis (Benjamin Simard, Thibaud Gallais, Florian Dubourg) , sauf un (Samuel Lopes) qui était plus loin des faits, et a été condamné à 12 mois de prison dont 6 avec sursis.

Les audiences ont révélé la marque de l'extrême droite radicale, avec certains prévenus qui ne nient pas du tout leur appartenance à ces mouvements. L'ensemble des agresseurs était à l'époque des faits très proches des milieux identitaires (jeunesses identitaires en 2011, seul groupuscule d'extrême droite sur Lyon à cette date). De nombreux autocollants ont ainsi été retrouvés chez plusieurs d'entre eux, comme la participation des agresseurs à des rassemblements appelés par les identitaires. Cette condamnation exemplaire de 8 personnes à des peines de prison ferme est la plus importante dans les affaires de violences de l'extrême droite sur Lyon, mais elle fait aussi suite à d'autres qui impliquent des membres des identitaires. Ce groupuscule, qui a pignon sur rue avec son local « La Traboule » dans le Vieux Lyon, dit pourtant vouloir défendre Lyon et la sécurité (cf. les maraudes effectuées dans le métro, pour lesquelles ils sont également poursuivis), or il est clair que l'idéologie qu'ils défendent engendre de la violence et des agressions contre les personnes qu'ils considèrent comme des ennemis.

Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.