Nous venons d’horizons différents, nous n’avons pas les mêmes réponses, mais...

Nous venons d’horizons différents, nous ne voterons pas de la même manière, nous n’avons pas les mêmes réponses aux interrogations que nous portons, mais nous revendiquons le droit d’en débattre et de nourrir le débat public. Nous pensons, en effet, que le premier acteur de la démocratie, ce sont les femmes et les hommes qui vivent dans notre pays, avec leur faculté à se saisir des enjeux politiques, économiques, sociaux, culturels et environnementaux et d’y apporter réponse.
A l’approche de l’élection présidentielle et des législatives, nous sommes saisis d’angoisse par leur contexte et par les termes du débat qui s’engage. Ce contexte est marqué par la peur, une peur qui s’instille partout. Ses causes sont multiples : les effroyables actes de terrorisme qui nous ont frappés, l’insécurité de la situation sociale, des institutions qui trahissent égalité et démocratie, un désordre mondial, enfin, qui génère injustice et guerres.
Le contenu du débat électoral qui nous est proposé n’est pas plus rassurant. La scène publique est dominée par la démagogie, souvent au mépris de la simple vérité. Au mépris de la complexité des situations et des enjeux, s’allient surenchère de haine, d’autoritarisme et de désespérance.
Pourtant, les questions qui nous préoccupent sont essentielles pour l’avenir. Du changement climatique à l’Etat de droit, de notre soumission à une société de surveillance à l’exaltation du rejet de l’Autre, de la désagrégation sociale que représentent quarante années marquées par le chômage au rôle de la politique face aux pouvoirs économiques, du besoin d’une démocratie plus inclusive face à des institutions repliées sur elles-mêmes, du rôle de notre pays dans le monde et en Europe à un besoin d’universel qui accueille la diversité des peuples : le champ des inquiétudes et des possibles est immense. 

...

télécharger