Solidarité avec les Palestiniens

 AlAqsa360

Les lyonnais.e.s sont venus nombreux en solidarité avec les Palestiniens et Palestiniennes contre la colonisation et pour l'accès à Al-Aqsa.

La Palestine présente à l'AG de la Caisse d'Epargne de Lyon le jeudi 22 juin 2017

Copie de 17 06 22 a CaisseEpargne

Jeudi 22 juin 2017 les 77 879 sociétaires de la Société Locale d’Épargne (SLE) de Lyon étaient convoqués pour leur Assemblée Générale annuelle.

Près de 600 ont répondu par leur présence à l’Espace Tête d’Or à Villeurbanne, et parmi eux 3 militants de nos organisations de soutien au peuple Palestinien.

A l’extérieur un peu plus de 15 militants de nos organisations abordaient les sociétaires à leur arrivée pour leur remettre le document préparé à leur intention. A part la canicule, pénible à supporter car il y avait peu d’ombre et, au tout début de la diffusion, un mouvement de revendication de la CGT venue là pour une tout autre raison et une autre cible que la notre, tout s’est passé dans le calme de 18h00 à 19h15.

A l’intérieur, l’AG commencée un peu après 19h00 était interminable ; la partie questions-réponses sous forme de questions écrites, n’a pas duré 15mn. 4-5 questions ont été traitées, puis l’animatrice a annoncé « peut-être une toute dernière question » et c’est le vice-président qui a pris la parole pour répondre à la question de l’implication de la banque dans la colonisation israélienne. Visiblement mal à l’aise, il a reconnu que la banque était impliquée « à la marge » par l’intermédiaire de Natixis, que les colonies étaient illégales, mais que pour en sortir il fallait que l’État français change de politique car le boycott est interdit en France. Du fond de la salle nous l’avons interpellé pour lui rappeler qu’il ne s’agissait pas de boycott mais de désinvestissement. Sur ce tout le monde est parti pour le copieux buffet.

Au cours de ce buffet nous avons suivi à la culote le président, qui est par ailleurs aussi président du Conseil d’Orientation et de Surveillance (COS) de la Caisse d’Épargne. Visiblement il n’avait pas envie d’engager la conversation avec nous, mais notre persévérance a payé, nous avons pu échanger avec lui. Sans illusion aucune, nous avons pu le mettre devant ses responsabilités, mais il préfère s’occuper de ceux qui sont dans le besoin ici, comme les handicapés présents à l’AG, sponsorisés par la banque, plutôt que de questions sur lesquelles il n’a pas prise !

Nous avons pu quitter les lieux, il était 21h45, heureux d'avoir pu faire entendre l'exigence d'éthique pour une banque qui pourtant la revendique.