5 caméras brisées

Cinq cameras brisées - Film de Emad Burnat

(La lutte pacifique des villageois de Bil’in)

Lundi 22 Avril au COMOEDIA de Lyon

Documentaire "nominé" pour les Oscars 2013 dans la catégorie meilleur documentaire et qui relate l’histoire de la résistance du village de Bil’in en Cisjordanie contre l’occupation israélienne.

NB : Emad Burnat, dont le film raconte l’histoire, est venu à Lyon à l’initiative du collectif 69 Palestine en 2007.
Une projection débat a eu lieu au Zola à Villeurbanne - - -5-cameras-brisees-350

Si le Palestinien Emad Burnat est aujourd’hui loin de sa terre, c’est pour mieux la protéger. Voilà des mois que le fellah (paysan) de Cisjordanie, coréalisateur avec l’Isra­élien Guy Davidi de Cinq Caméras brisées, une histoire palestinienne, arpente le monde avec son film, raflant succès critiques et prix émérites dans les principaux festivals documentaires. Pas moins de seize récompenses glanées des Etats-Unis à Amsterdam, en passant par Paris, l’Afrique du Sud ou l’Arménie, pour ce documentaire co­financé par France 5 !

La légende colporte que l’histoire du film débute un jour de 2005 quand des géomètres s’invitent dans les oliveraies du petit village de Bil’in. Un bornage du terrain préalable à la construction d’un mur, censé garantir la sécurité de la colonie juive voisine et prévenir l’infiltration de terroristes, amputant les habitants palestiniens de la moitié de leurs terres. Quelque temps plus tard, de gigantesques pelleteuses investissent les collines, déracinant à coups de mâchoires les arbres séculaires. Tandis que les villageois s’interposent, Emad s’empare de sa caméra, offerte par un ami pour la naissance de son quatrième fils, Gibreel. « Dès le début du mouvement, Emad a cherché comment y contribuer, se souvient Guy. Les habitants de Bil’in lui ont demandé de filmer la réalité de leur quotidien, le harcèlement de tous les instants, la violence des soldats contre leur protestation pacifique, la “fabrication” de la rage. Il a compris l’intérêt de tourner ce qui se passait quand les journalistes n’étaient plus là. »

...

http://collectif69palestine.free.fr/spip.php?article500